Généalogie

Arbre Généalogic: Nos ancêtres français 

De nombreux membres du chapitre Rochambeau sont les descendants directs des patriotes français qui ont combattu aux côtés des patriotes américains dans la guerre d’indépendance américaine.

De nombreux membres associés du Chapitre Rochambeau, ainsi que d’autres membres du NSDAR, ont des liens directs avec la France et aimeraient en savoir plus sur leurs ancêtres français.

Naissance : Vendôme, 1725 – mort : Thoré (Loir-et-Cher),1807

Descendant d’une vieille famille du Vendôme, Rochambeau entre au service du roi à l’âge de 17 ans et participe à diverses campagnes militaires sous les règnes de Louis XV et Louis XVI.

Pendant la guerre de Succession d’Autriche, au cours de laquelle il atteint le grade de colonel, Rochambeau se distingue aux batailles de Raucoux (1746) et de Lauffeld (1747).

Pendant la guerre de Sept Ans (connue aux États-Unis sous le nom de guerre des Français et des Indiens), Rochambeau commande le régiment d’Auvergne et remporte la gloire à la bataille de Clostercamp (1760). Il a été inspecteur général de l’infanterie en 1761 et a été nommé gouverneur de Villefranche-en-Roussillon en 1776 et gouverneur de Vendôme en 1779.

En 1780, le roi Louis XVI promeut Rochambeau lieutenant général et lui confie le commandement de 6 000 soldats envoyés en Amérique du Nord pour soutenir les colons dans leur révolte contre l’Angleterre. En juin 1781, Rochambeau s’associa au général George Washington à White Plains, dans l’État de New York, et ensemble, ils descendirent rapidement vers Yorktown, en Virginie, où les forces françaises et américaines sous le commandement du marquis de Lafayette harcelaient les Britanniques. Avec l’aide des forces navales françaises dirigées par l’amiral français de Grasse, les forces franco-américaines assiégèrent les forces de Lord Cornwallis, les enfermèrent dans la péninsule et forcèrent Cornwallis à se rendre le 19 octobre, mettant ainsi fin pratiquement à la guerre d’indépendance américaine.

A son retour en France, Rochambeau est fait Chevalier du Saint Esprit (1783) ; puis, gouverneur de Picardie (1784) ; et enfin, gouverneur d’Alsace (1789). Ralliant à la Révolution française, il est placé à la tête de l’armée du Nord (1790-1791) et est élevé au titre de maréchal de France. Suite à un désaccord avec le général Charles-François du Périer Dumouriez, Rochambeau démissionne et se retire à Vendôme. Il a été arrêté pendant le règne de la Terreur et a été incarcéré à la Conciergerie à Paris. Il a été libéré après la réaction thermidorienne (1794).

Rochambeau nous a laissé ses « Mémoires Militaires, Historiques et Politiques », publiés en 1809.
La contribution significative de Rochambeau à l’obtention de la victoire dans la guerre d’indépendance américaine a inspiré le chapitre parisien des Filles de la Révolution américaine à nommer leur chapitre en son honneur.

 

Naissance : Ruffec, 1719 – mort : Saint-Jean-d’Angély, 1781

Après une courte carrière militaire, Broglie est nommé ambassadeur de France en Pologne et devient, à l’âge de 35 ans, chef du Secret du Roi, le service diplomatique privé – par opposition au service officiel – de Louis XV.

Broglie dirige les services secrets du roi pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763) et, même en exil, continue de conseiller le roi jusqu’en 1774. Broglie élabore un plan pour débarquer en Angleterre en 1763. Avec son frère, Victor-François , maréchal de France, et avec l’appui des ennemis du duc de Choiseul, ministre des Affaires étrangères, Broglie mena un complot contre le ministre du roi.

Broglie tomba plus tard en disgrâce lorsque Louis XVI monta sur le trône. Contrairement à son prédécesseur Louis XV, le nouveau roi n’entend pas maintenir un système de diplomatie parallèle. Il envoya donc Broglie à Metz pour servir aux côtés de son frère, Victor-François, qui y commandait depuis 1771.

Connu comme le « roi des Américains », Broglie s’intéresse aux signes avant-coureurs et à l’évolution de la guerre d’indépendance américaine et organise le départ des volontaires français vers l’Amérique.

Broglie est membre de la Society of the Cincinnati.

Il mourut en 1781, l’année du tournant de la guerre d’indépendance américaine.

 

Naissance : Chavaniac (Auvergne), 1757 – mort : Paris, 1834

Officier des Dragons de Noailles de l’armée française, Lafayette apprit pour la première fois la révolte des patriotes américains en août 1775 lors d’un dîner organisé par le comte de Broglie avec le duc de Gloucester, frère du roi d’Angleterre. A l’époque, Louis XVI, roi de France, soutenait secrètement les Patriotes américains. Dès lors, Lafayette rêvait de gloire et d’un grand destin militaire pour lui-même.

Le 7 décembre 1776, Lafayette signe un accord secret pour défendre les Patriotes, « au nom d’une liberté que j’idolâtre ». À l’âge de 19 ans, il embarque à bord de La Victoire et arrive à South Inlet, près de Georgetown, en Caroline du Sud, le 13 juin 1777. Après quelques persuasions, le Congrès continental accorde finalement à Lafayette une commission de major général non rémunéré dans le Continental Armée sous le commandement du général George Washington.

Lafayette a été blessé lors de la bataille de Brandywine en 1777 et a joué un rôle clé lors des batailles de Barren Hill, Monmouth et Rhode Island en 1778. À la suite du traité d’alliance avec la France en février 1778 et de la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne, Lafayette est revenu à Paris en 1779 pour faire pression sur Louis XVI pour une augmentation du soutien français. Au cours de son séjour de six mois dans son pays d’origine, Lafayette s’est avéré être un excellent défenseur de la cause des Patriotes.

En mars 1780, il retourne dans les colonies américaines à bord de l’Hermione, apportant des nouvelles de renforts français de 5 500 hommes et de cinq frégates. L’année suivante, Lafayette a mené une campagne de harcèlement de six mois contre les Britanniques à Yorktown. Ses actions ont ouvert la voie à une victoire décisive d’une force combinée de troupes de l’armée continentale dirigée par le général Washington et de troupes françaises dirigées par le comte de Rochambeau. La victoire des Patriot à Yorktown était la dernière grande bataille terrestre de la guerre d’indépendance américaine et a incité le gouvernement britannique à négocier la fin du conflit.

En 1824, lorsqu’il est invité à retourner aux États-Unis en tant que dernier général survivant de la guerre d’indépendance américaine, Lafayette reçoit un accueil triomphal tout au long de son voyage d’un an. Il est l’un des rares étrangers à avoir été proclamé citoyen d’honneur des États-Unis.

Lafayette est membre de la Society of Cincinnati.

Naissance: San Domingue 1759 – mort: Paris, 1805

Etienne-Eustache de Bruix est né à Saint-Domingue le 17 juillet 1759. Très jeune, il s’engage dans la marine française et est promu enseigne à l’âge de 19 ans.

Il avait 21 ans lorsque la bataille de Chesapeake a éclaté. Il est placé sous les ordres de l’amiral de Guichen, sur La Boudeuse, après quoi il rejoint le navire de l’amiral Louis de Bougainville, l’Auguste, dans une escadre sous les ordres du contre-amiral français François Joseph Paul, comte de Grasse.

Après la guerre d’indépendance américaine, Bruix, avec Antoine Hyacinthe Anne Chastenet de Puységur, se voit confier la tâche de re-cartographier l’île de Saint-Domingue.

Lorsque la Révolution française éclate en 1789, Bruix est critiqué en raison de ses origines aristocratiques et est démis de ses fonctions d’officier de marine. L’année suivante, il est reconduit dans ses fonctions par l’amiral Laurent Jean François Truguet. La participation de Bruix à la bataille de Croix (1795) le met en contact avec le général Lazarre Hoche et le conduit à sa nomination de 14 mois au ministère de la Marine et des Colonies (avril 1798-juin 1799).

Lorsque le général Napoléon Bonaparte revint de sa campagne d’Égypte en octobre 1799, Bruix fut informé en secret du coup d’État imminent. Après le coup d’État réussi, Bruix est nommé officier de la marine française et monte en grade. En 1801, il est nommé amiral de l’armée navale. L’année suivante, la santé de Bruix a commencé à décliner. Néanmoins, en 1802, il est promu conseiller d’État, puis nommé commandant en chef de la flotte de Boulogne, du 15 juillet 1803, jusqu’à sa mort le 4 avril 1805.

Au cours de l’année et demie qu’il passa à Boulogne, Bruix défia Napoléon à au moins deux reprises. Dans un cas, lorsqu’une tempête a été annoncée, Bruix a refusé d’obéir aux ordres et d’organiser une revue de navire. Cependant, Napoléon refuse d’annuler l’événement et 200 hommes sont perdus en mer.

Bruix est promu au grade d’Officier de l’Empire le 16 août 1804, lors de la célèbre cérémonie de la Légion d’honneur qui s’est tenue à Boulogne.

La dernière fois qu’il a assisté à un événement public historique, c’était à l’occasion de la cérémonie du couronnement de l’empereur Napoléon Bonaparte en décembre 1804.

Le 2 février 1805, en tant qu’inspecteur général des côtes océaniques, Bruix est promu au grade de grand aigle de la Légion d’honneur. Il mourut peu après à Paris, à l’âge de 46 ans. On peut encore visiter sa tombe au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Bruix est membre de la Society of Cincinnati.

Naissance: Ravel 1729 – mort: Paris, 1794

La vie et la mort de l’amiral d’Estaing reflètent la période charnière dans laquelle il a vécu. Ses aventures épiques, sa sensibilité et son caractère ouvert étaient bien représentatifs des dernières expressions de l’Ancien Régime. Sa mort guillotinée le 28 avril 1794 met fin à une dynastie qui débute au XIe siècle et qui se distingue à plusieurs reprises au service de son roi.

Charles Henri d’Estaing est né le 24 novembre 1729 dans l’imposant château de Ravel. Il était le fils d’un lieutenant général du roi, Charles François d’Estaing, et de Marie-Henriette Colbert, nièce du principal ministre de Louis XIV. Descendant d’une vieille famille originaire du Rouergue et installé en Auvergne, il fut élevé en partie à la cour de Versailles. Louis XVI nota, lors de la nomination de d’Estaing au poste de vice-amiral, qu’il avait passé son enfance « à étudier et à faire de l’exercice avec feu notre cher et honoré père le Prince ». Il épousa Marie-Sophie de Rousselet, petite-fille du marquis de Châteaurenault, le 15 avril 1746, et ils eurent un fils, décédé dans un accident d’enfance. Il désigne alors comme héritière sa demi-sœur, Lucie Madeleine d’Estaing, comtesse de Boisseulh par alliance.

Membre des Mousquetaires à l’âge de neuf ans, d’Estaing rejoint ensuite le régiment du Rouergue, où il se distingue par son implication personnelle dans les combats. Cette inclination naturelle l’a conduit à devenir marin. Alors qu’il était colonel d’infanterie du Rouergue, il s’embarqua pour l’océan Indien avec le général franco-irlandais Lally-Tollendal au début de la guerre de Sept Ans, en mission pour y préserver les possessions françaises. Malgré des victoires prometteuses à Arcate, Gondelour et Fort Saint David à Pondichéry, les Britanniques prennent le dessus. A la défaite de Madras en 1759, le jeune colonel d’Estaing est grièvement blessé par balles et baïonnette et fait prisonnier. Les Britanniques le relâchèrent par la suite sur promesse de ne plus servir aux Indes.

Il atteint l’Ile de France, l’Ile Maurice actuelle, mais la beauté des tropiques ne comble pas son besoin d’action. “Je me vois aujourd’hui comme un homme effacé de la terre des vivants”, écrit-il. Mais le conflit empêcha son retour en France. Au lieu de cela, il a payé pour équiper et armer deux navires à Port Louis pour assurer l’arrivée régulière de nourriture et de fournitures. Ainsi, Le Condé et L’Expédition font partie de la flotte mixte civilo-militaire aux origines quelque peu colorées.

Libéré des contraintes hiérarchiques et administratives, d’Estaing attaque, pille et fait des prisonniers contre rançon. Il a même confisqué des navires britanniques, avec lesquels il a construit une flotte pour mieux mener les assauts de pirates contre les avant-postes commerciaux britanniques en Asie du Sud-Est et dans le golfe Persique. Il a été célébré comme un héros lorsqu’il est revenu sur l’île avec un butin capturé.

La carrière de corsaire de D’Estaing a prospéré, avec un total de 12 forts britanniques détruits, 400 prisonniers faits et de nombreux avant-postes commerciaux fermés. Il y avait des critiques selon lesquelles il n’avait pas tenu sa promesse aux Britanniques de ne pas servir aux Indes, mais d’autres pensaient que sa conscience devrait être claire. Dans un numéro du journal « L’Espion Anglois » (« L’espion anglais »), un personnage explique : « Le comte d’Estaing était le plus propre de tous ceux qui haïssaient violemment votre nation, par son audace, sa vivacité , son entêtement; et aussi, il est encore au sommet de ses années, et la jeunesse peut lui servir d’excuse.”

Fait prisonnier par les Britanniques au large des côtes françaises alors qu’il tentait de rentrer chez lui, il fut envoyé à Londres, où il travailla pour l’ambassadeur de France, le comte de Mirepoix. Il rentre en France et en 1778, lorsque le roi décide de soutenir le Patriot américain. En tant que vice-amiral pour l’Asie et les Amériques, d’Estaing est nommé à la tête de la flotte française. Les Français laissèrent croire aux Britanniques qu’ils agiraient dans la Manche, tandis qu’ils préparaient secrètement une importante flotte pour l’Amérique.

Le 13 avril 1778, cette flotte appareille du port de Toulon, avec l’amiral d’Estaing commandant depuis son navire le Languedoc. « L’Espion Anglois », parlant de la voix d’un personnage britannique, commente la stratégie de d’Estaing, « […] Le comte d’Estaing a navigué il y a un mois, et sa mission est considérée ici comme des plus hostiles. Il ne vise rien de moins que le soutien à nos colonies rebelles, à écraser l’amiral Howe et sa flotte beaucoup plus faible, et à laisser notre armée de terre exposée à la merci des soldats américains.”

Si l’intention était claire, la méthode était plus complexe. Les préparatifs de la campagne ont été marqués par des incertitudes. Premièrement, le terrain était inconnu. Les cartes manquaient ou étaient imprécises. De plus, la situation politique locale était fluide. Il y avait beaucoup de loyalistes et parfois un soutien inattendu pour le roi George III. La coordination entre les branches des troupes doit être organisée. À cette fin, les instructions données à d’Estaing offraient une stratégie, mais devraient être adaptées si la marine britannique était fortement renforcée. Un autre défi dans l’effort collectif réside dans les souvenirs hostiles laissés par les troupes françaises pendant la guerre de Sept Ans. Les ennemis d’hier ont été convertis en alliés d’aujourd’hui ; mais certains épisodes, comme le massacre de Fort William Henry, avaient laissé un ressentiment latent.

Les deux directives fixées par le ministre des Affaires étrangères Vergennes étaient le secret et la rapidité, dans l’espoir de surprendre les Britanniques, mais cela a également entravé les efforts d’approvisionnement. La flotte passa devant Gibraltar sous garde britannique les 16 et 17 mai, et une fois dans l’Atlantique, ouvrit ses ordres scellés : Protéger les États-Unis d’Amérique nouvellement déclarés « en tant qu’amis et alliés de la France ».

Après trois mois en mer, l’équipage arrive, atteint du scorbut et manque d’eau douce. Ils prévoyaient initialement de s’emparer de la baie du Delaware afin de piéger les Britanniques à Philadelphie, mais la flotte britannique y avait déjà jeté l’ancre en protection. Au lieu de cela, ils ont navigué vers le nord jusqu’à New York, que Washington espérait reprendre aux mains des Britanniques.

Le 10 juillet, la flotte française jette l’ancre au large de Sandy Hook, bloquant efficacement les navires britanniques dans le port. John Laurens et Alexander Hamilton montèrent à bord du Languedoc et un plan fut conçu pour piéger les Britanniques entre les troupes terrestres de Washington et les Français en mer. Le seul problème était que la conception des navires français les empêchait d’entrer dans la baie peu profonde. Au lieu de cela, ils ont déplacé la stratégie vers la côte au large de Rhode Island, ciblant Newport, une importante station de ravitaillement britannique défendue par quelque 6 000 soldats royaux.

Le général américain John Sullivan rassembla une milice de 8 000 hommes pour l’attaque au sol, tandis que la flotte française bombardait la ville depuis la baie de Narragansett. Tout allait en leur faveur lorsque l’amiral britannique Howe apparut à l’horizon avec une flotte de renfort. Les Français seraient piégés s’ils restaient. Ils se sont déplacés vers une meilleure position au large, prêts à engager les Britanniques, lorsqu’une forte tempête a dispersé les navires dans la confusion. Le Languedoc a perdu son mât et son gouvernail. Lorsque le vent est tombé, le navire s’est retrouvé face au British Renown. Les deux navires ont ouvert le feu et le Languedoc a pu s’échapper. L’amiral Howe retourna à New York et d’Estaing retourna à Newport, où il apprit qu’une autre flotte britannique de 13 navires était en route.

D’Estaing serait largement dépassé en nombre et écrivit au général Sullivan le 19 juin pour lui dire qu’il ne pouvait pas rester. Sullivan était mécontent, mais Washington a écrit pour rassurer d’Estaing qu’il comprenait. (Le site Web de la Bibliothèque du Congrès propose des copies des dizaines de lettres de Washington à d’Estaing de juillet à octobre 1778.)

Fin octobre 1778, d’Estaing quitta Boston pour les Caraïbes et prit Grenade en juillet 1779, une victoire qui résonna en France comme un tournant après les énormes pertes de la guerre de Sept Ans. Un Te Deum a été joué, des poèmes élégiaques ont été écrits et une pièce de théâtre, “La prise de Grenade”, a été jouée par la troupe de danse royale française.

D’Estaing a ensuite amené 35 navires pour assiéger les Britanniques à Savannah, en Géorgie, au début de septembre 1779, mais la menace d’ouragans au large des côtes et la difficulté de débarquer des troupes dans les plaines marécageuses ont entraîné des retards. Les forces françaises et américaines n’ont attaqué que le 9 octobre et ont été repoussées avec de lourdes pertes. D’Estaing lui-même a été grièvement blessé aux jambes. Lui et la flotte sont rentrés en France. Il continua à soutenir le roi, tout en œuvrant à des réformes pour corriger la situation, notamment l’abolition de l’esclavage. Alors que la Révolution française suivait son cours, il témoigna en faveur de la reine Marie-Antoinette à son procès et fut lui-même emprisonné. Son procès devant un tribunal révolutionnaire en avril 1794 scelle son sort et il est exécuté le 28 avril place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde). Il avait 64 ans.

Courageux jusqu’au bout, d’Estaing incarnait le profil d’un héros français, à la fois intrépide au combat et sensible dans la vie civile. À nous, Filles de la Révolution américaine, il a laissé un message, donné en tant que président de la branche française de la Society of the Cincinnati lors de sa première réunion en janvier 1784.

« Les Françaises ont été les premières attachées à l’Amérique : elles glorifiaient ses défenseurs, elles étaient heureuses d’en porter la marque, et les gouvernements n’ont pas encore bénéficié de l’influence douce mais passionnée du secteur le plus intéressant de la société.

Bibliographie : Bougainville à l’escadre du Comte d’Estaing, guerre d’Amérique, 1778-1779 de R de Kérallain 1927. La société des Cincinnati de France et la guerre d’Amérique (1778-1783) Baron Ludovic de Contenson ; La marine française sous Louis XVI – Auguste Moireau – 1884 ; L’amiral d’Estaing et la marine de son temps, La revue des deux mondes – P Jullien ; L’amiral d’Estaing (1729-1794) – 1910 – Marquis Calmon-Maison ; L’espion Anglais – Pidansat de Mairobert Mathieu François 1727-1779 ; Souvenirs de la campagne et du siège et de Savannah – Vicomte de Léaumont 1758-1842 ; Journal Le Temps, 24 juillet 1931 – Pages d’histoire coloniale-Le corsaire d’Estaing ou les débuts maritimes d’un amiral de France ; Historia – Mai 1976 n°354 La Fayette et l’amiral d’Estaing – Duc de Castrie ; Pendant la terreur : le poète Roucher 1745-1794 – Antoine Guillois (1855-1913) ; Correspondances du poète Roucher pendant sa captivité ; Récit des journées des 5 et 6 octobre 1789 à Versailles – J A Le Roy – 1867 ; Bulletin de la société historique d’Auteuil et de Passy 1892 ; Journées mémorables de la Révolution française racontées par un père à ses fils, Walsh Joseph Alexis – 1722-1860 ;Procès-verbaux de l’enquête du Chatelet sur les journées des 5 et 6 octobre, minutes du procès de Marie-Antoinette et de Charles-Henri d’Estaing (9 floréal an II) ; Charles-Henri d’Estaing Le Plaisir, rêve – Poème 1755 ; Race et citoyenneté dans la carrière et les écrits de Charles Henri d’Estaing (1729-1794) – Pierre Force – L’Esprit Créateur, Volume 56, Number 1, Spring 2016 published by Johns Hopkins University Press.

Naissance: Dobel (Württemberg), Allemagne, 13 mai 1759 – mort: Givet, France, 25 décembre 1823

Jacob Reiblé faisait partie des soldats allemands qui ont rejoint l’armée française à l’appui de la guerre d’indépendance américaine. Son grand-père maternel était cavalier dans le régiment d’Erbprinz, tandis que son père était simple bouvier.

Reiblé s’enrôle dans le régiment français Royal Deux Ponts le 20 février 1780 en tant que soldat, juste à temps pour la campagne des Amériques. Il est affecté à la compagnie du capitaine de Rühl, partant de Brest en avril 1980 à bord du Comtesse de Noailles. Son régiment participe au siège de Yorktown, de septembre à octobre 1781.

Fin 1782, il s’embarque pour les Caraïbes, visite Puerto Cabello au Venezuela puis Saint-Domingue avant de revenir à Brest le 17 juin 1783. Sélectionné comme grenadier, il est ensuite transféré en 1788 dans un régiment alsacien. Il est à Strasbourg le 21 juillet 1789, lorsqu’une foule révolutionnaire saccage l’Hôtel de Ville. Sa société a refusé d’intervenir contre la foule.

En 1791, son 83e régiment est transféré à Givet, dans le département des Ardennes, au nord de la France, avec l’avant-garde de l’armée du général Lafayette. En apprenant que le roi Louis XVI s’était enfui de Versailles en secret, le régiment offrit ses armes et ses fonds à la nouvelle Assemblée nationale. « Les soldats ont spontanément mis leurs armes et l’argent de leurs masses […] pour réparer les fortifications de la place », écrit l’historien de l’armée française le général Louis Susane.

« Dans sa séance du 12 juillet 1791, l’Assemblée nationale, touchée par cet acte d’altruisme, chargea son président d’écrire une lettre de remerciements au régiment, pour lui annoncer que les avances qu’il avait faites seraient remboursées, et dès ce jour sur elle ne serait plus incluse dans l’infanterie allemande mais porterait l’uniforme français », a écrit le général Susane.

Reiblé a continué avec le 83e régiment jusqu’au 20 février 1792, date à laquelle il a été incorporé à la garde nationale de Givet. Il participe à la défense et au ravitaillement de la ville et de son Fort de Charlemont avant de passer à la gendarmerie locale en 1794.
Il est ensuite mobilisé pour la campagne de 1809, lors du débarquement anglais sur l’île de Walcheren (Pays-Bas), et sert principalement en Belgique occupée avant de se retirer le 3 avril 1814 à Givet.

Reiblé épousa Catherine Cels le 19 mars 1792 à Givet et eut cinq enfants. Il décède le 25 décembre 1823 et est inhumé au cimetière Saint Hilaire de Givet. L’orthographe du nom de famille a été changée il y a trois générations en Rieblé, en raison d’une erreur dans une transcription de l’armée.

Naissance: Bar-sur-Loup, septembre 13, 1722 – mort: Tilly, Ile-de-France, janvier 11, 1788

Lieutenant-général des forces navales françaises, François-Joseph Paul, comte de Grasse est surtout connu pour son commandement de la flotte française lors de la bataille de Chesapeake en septembre 1781, qui a conduit directement à la capitulation britannique à Yorktown.

De Grasse est né et a grandi à Bar-sur-Loup dans le sud-est de la France, le plus jeune enfant de François de Grasse Rouville, marquis de Grasse. À l’âge de 11 ans, il entre dans l’Ordre de Saint-Jean comme Page du Grand Maître.

En 1734, de Grasse devient enseigne sur les galères des chevaliers hospitaliers. En 1741, à l’âge de 19 ans, il entre dans la marine française.

Après la victoire de la Grande-Bretagne sur les Français lors de la guerre de Sept Ans, de Grasse a aidé à reconstruire la marine française dans les années qui ont suivi le traité de Paris (1763).

En 1775, la France a fourni aux colons américains une aide secrète, mais est restée officiellement neutre jusqu’en 1778. Le traité d’alliance (1778) a établi l’Alliance franco-américaine et la France est entrée dans la guerre d’indépendance américaine.

En tant que commandant d’une division, de Grasse servit sous les ordres de Louis Guillouet, comte d’Orvilliers lors de la première bataille d’Ouessant du 23 au 27 juillet 1778. La bataille, livrée au large des côtes bretonnes, fut indécise.

En 1779, il rejoint la flotte de Charles Henri Hector, comte d’Estaing aux Caraïbes et se distingue aux batailles de la Dominique et de Sainte-Lucie en 1780 et de Tobago en 1781. Il contribua à la prise de Grenade et participa aux trois actions menées par Luc Urbain du Bouëxic, comte de Guichen contre l’amiral Lord George Rodney lors de la bataille de la Martinique (1780).

En septembre 1781, l’amiral de Grasse vient en aide au général George Washington et à l’Expédition particulière du comte de Rochambeau, en partant avec 3 000 hommes de Saint-Domingue. De Grasse a débarqué les 3 000 renforts français en Virginie et a immédiatement après vaincu de manière décisive la flotte britannique lors de la bataille de la Chesapeake. Il a retiré les forces britanniques et a bloqué la côte jusqu’à ce que le général britannique Lord Cornwallis se rende, assurant ainsi l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

De Grasse est ensuite retourné dans les Caraïbes, où il a eu moins de chance et a été vaincu à la bataille de Saint-Kitts par l’amiral Hood. Peu de temps après, en avril 1782, il est vaincu et fait prisonnier par l’amiral Rodney à la bataille des Saintes. De Grasse a été largement critiqué pour cela. Il a été emmené à Londres, et pendant qu’il y a brièvement participé aux négociations qui ont jeté les bases de la paix de Paris (1783), qui a mis fin à la guerre. Il rentre ensuite en France et demande une cour martiale. Il publie un Mémoire justificatif et est acquitté en 1784.

L’amiral de Grasse mourut à Tilly (Yvelines) en 1788. Son tombeau se trouve dans l’église Saint-Roch à Paris.

Naissance : Anses d’Arlets (Martinique), 22 septembre 1763 – mort : Fort-de-France (Martinique), 11 avril 1836

Claude Bernard Joseph de Percin de Seilh est né aux Anses d’Arlets, petit village de la côte sud-ouest de la Martinique, à l’entrée du port de Fort Royal (aujourd’hui Fort-de-France). Son père, Charles Michel de Percin, Martiniquais depuis une cinquantaine d’années, y possédait une plantation. Sa famille était originaire de Seilh, près de Toulouse, où vivait encore la branche aînée de la famille.

Bernard de Percin est né l’année du désastreux traité de Paris qui a mis fin à la guerre de Sept Ans, mais a dépouillé la France de plusieurs de ses territoires américains – non seulement le Canada mais aussi les îles des Caraïbes telles que Saint-Vincent, la Dominique, Grenade et Tobago. En Martinique, l’humiliation est fortement ressentie et lorsque l’occasion de se venger se présente une quinzaine d’années plus tard, les habitants de l’île n’hésitent pas à combattre l’ennemi britannique et à soutenir la cause américaine.

Pendant la guerre d’indépendance américaine, le centre de commandement des opérations de la flotte navale française se trouvait dans le port de Fort Royal. Plusieurs escadrons y étaient basés, où ils trouvaient tout le nécessaire pour la réparation des navires, de l’eau douce, du repos et du soutien aux hommes, le tout organisé par la main de maître du gouverneur, François Claude de Bouillé. Le gouverneur réunit une troupe éponyme de volontaires qui réussit brillamment à reprendre plusieurs îles tenues par les Britanniques, divisant ainsi la flotte britannique en deux et affaiblissant sa ligne de front nord-américaine.

Bernard de Percin, encore jeune au début de la guerre, servit aux côtés de son père, qui commandait la milice des Anses d’Arlets. Une bataille navale dont il fut témoin le 18 décembre 1779 vit la flotte de l’amiral britannique Hyde Parker et les navires français commandés par Toussaint-Guillaume La Motte-Picquet à l’entrée du port de Fort Royal. Quatre mois plus tard, le 17 avril 1780, Percin était officier de milice lors de la seconde bataille de la Martinique, entre l’amiral George Rodney et le comte de Guichen. En septembre 1781, Percin sert comme élève-officier dans le régiment d’infanterie du Hainaut qui, après avoir combattu vaillamment à Savannah, se replie sur l’île.

Le 1er octobre 1782, Percin était sous-lieutenant dans la défense de Grenade, servant en compagnie du lieutenant de Barre de Leuzière, jusqu’à ce que les négociations de paix rendent l’île aux Britanniques. Rejoignant plus tard un régiment en Martinique, il servit jusqu’en 1784, date à laquelle il retourna à la gestion de la plantation familiale, Case Navire (aujourd’hui Schoelcher, du nom du leader français anti-esclavagiste).

La première expérience militaire de Percin s’est avérée utile lorsque la Révolution française a éclaté. En 1790, il dirige la « Vendée créole » des forces pro-royalistes, écrasant les révolutionnaires du général Joseph Dugommier à la bataille de l’Acajou. Il a été surnommé “le canon de Percin” après avoir capturé le canon d’un adversaire par assaut à cheval, armé uniquement de son fouet. En avril 1793, lui et ses hommes résistèrent, ironiquement, au nouveau gouverneur de l’île, Donatien de Rochambeau, fils du général de l’époque de la Révolution américaine, sur un site nommé Camp Decided.

Marié en 1784 à Victoire Duprey Dumosé de la Ruffinière, et père de 12 enfants, Percin décède à Fort-de-France le 11 avril 1836. Il est nommé chevalier de l’Ordre royal de Saint-Louis en 1815 ; chevalier de la Légion d’honneur en 1823 ; et était membre du conseil privé du roi.

D’autres membres de la famille devraient également recevoir leur dû, notamment le frère cadet de Percin, Jean-Baptiste, qui s’est porté volontaire pour le régiment du Hainaut puis a servi comme sous-lieutenant au régiment de Foix avant de mourir prématurément en 1791, à l’âge de 27 ans. carrière a été faite par l’oncle de Percin, Nicolas Louis de Percin, dit aussi Percin Laroque, qui était officier d’infanterie. Il a été nommé commandant de l’île de Saint-Vincent par l’amiral d’Estaing après qu’elle a été prise aux Britanniques lors de la guerre d’indépendance américaine. Insulaire, il amène la population indigène à combattre aux côtés des Français, soutenant les troupes du marquis de Bouillé. Chevalier de l’Ordre de Saint-Louis, il est admis à la Société des Cincinnati en 1783.

Naissance : Montpellier, 19 juin 1730 – mort : Rennes, 9 septembre 1817

Jean-Jacques de Trentinian était un grenadier capitaine de la Légion de Lauzun, les troupes légères de la « petite armée » que la France a envoyées outre-Atlantique en 1780 qui ont fait pencher la balance en faveur de l’indépendance américaine. La Légion de Lauzun tire son nom de son colonel-propriétaire, inspecteur et commandant Armand Louis de Gontaut, duc de Lauzun.

Même selon les normes du XVIIIe siècle, cette unité sous-payée de volontaires étrangers n’était pas conventionnelle, sans parler de l’indiscipline. Forts de près de 1 000 hommes avant leur dissolution, ils représentaient environ un sixième des forces françaises, mais causèrent environ les deux tiers des troubles du lieutenant-général Jean Baptiste Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau, commandant de l’expédition.

La base comprenait des sujets de 15 pays européens, de l’Irlande à la Russie et du Danemark à la Hongrie. Seul un tiers des hommes étaient français. Quelque 55 pour cent venaient d’Alsace, de Lorraine et d’une myriade d’États du Saint Empire romain germanique. Les officiers venaient de Suède, de France, d’Angleterre, d’Irlande, de Pologne et de divers États allemands. Parmi eux, ils parlaient huit langues, mais par tradition et héritage l’unité maudissait en hongrois. Ils faisaient partie des forces armées françaises, mais par ordre du ministère de la Marine, leur langue de commandement était l’allemand. Bien que la Légion comprenne de l’infanterie légère et de la cavalerie, elle recevait ses ordres du ministre de la Marine.

En tant que colonel d’infanterie, Trentinian commanda le 7e bataillon d’infanterie légère du 5 février 1792 au 10 juillet 1794, alors qu’il avait sous ses ordres quelque 3 000 hommes. Sa promotion au grade de général de brigade est approuvée par Pichegru – et les commissaires Le Bas et Saint Just – le 9 décembre 1793.

Pendant la Révolution française, le Trentin devait prouver qu’il n’était pas noble.

En septembre 1793, Trentinian servit comme général dans les avant-postes de l’armée du Rhin. Il tomba malade en février 1794 et se retira le 10 juillet 1794. Il mourut le 9 septembre 1817 à Rennes.

Trentinian est membre de la Société de Cincinnati et a été fait chevalier de l’Ordre royal militaire de Saint-Louis en 1783.

Sources : – Notification du maréchal de Ségur, ministre de la guerre, par lettre du 28 décembre 1783 – Archives de guerre YA 217 : reçue le 15 janvier 1784 par le comte de Guibert, lieutenant général – dossier de pension 17258.”